Les perspectives du chocolat suisse

Le chocolat suisse, un trésor national.

La Suisse, petit pays d’Europe centrale, a cette culture de l’excellence que l’on lui connait bien. Une précision hors-pair qui lui permet de figurer au sommet de la haute-horlogerie, de l’industrie spécialisée et de la finance internationale.

Un autre talent qu’on lui attribue, cette fois gastronomique, c’est celui de la fabrication de chocolat. Artisanal ou industriel, le chocolat suisse s’exporte à travers à le monde. Thomas Gendet, propriétaire et éditeur du site chocoinfo nous explique ;

« Le chocolat fait partie intégrante de notre patrimoine. Nous somme le premier pays consommateur de chocolat dans le monde avec un peu plus de 11 kg par an et par habitant.

Pour bien comprendre le phénomène, il faut admettre que le chocolat est bien qu’une gourmande.

C’est un symbole nationale qui traduit notre goût pour l’excellence dans la gastronomie . »

En effet, ce serait une erreur de réduire la production de chocolat helvétique aux seules marques industrielles. Lindt, Cailler, Nestlé ou Villars ne sont pas les seuls représentants en la matière. A vrai dire, la réputation et l’excellence de la Confédération reposent grandement sur les épaules des nombreux artisans. On peut citer les chocolatiers de Lausanne qui figurent parmi les chocolatiers les plus plébiscités lors des concours et événements. Suivis de très près par les chocolatiers genevois.

Vous vous doutez bien, les autorités suisses n’hésitent pas à mettre en avant ce savoir-faire national. Forcément, cette culture du chocolat a une influence sur l’économie, une industrie qui pèse plusieurs milliards par an rappelons-le, mais aussi sur le tourisme.

Tous les shops à souvenir proposent du chocolat suisse, de toute marque et de plusieurs gammes. C’est presque un passage obligé pour celui qui visite le pays.

Pour autant, ce serait mentir que d’affirmer que seuls les Suisses peuvent prétendre faire du chocolat. Les Belges et les Français se révèlent être aussi des spécialistes du cacao.

Et comme les Suisses, ils peuvent proposent de délicieux chocolats blancs, des chocolats noirs aux arômes très marqués ou encore quelques produits créatives et exotiques comme des chocolats aux noisettes et au piment.

En revanche, les marques françaises et belges n’ont pas la même aura que les marques suisses à l’internationale. A l’heure actuelle, le chocolat est consommé certes partout dans le monde mais de manière inégale.

Les européens en sont les plus friands, suivis des américains. Les asiatiques sont à la trâine pour des raisons culturelles. Ils ont en effet de la peine à digérer le chocolat au lait pour des raisons historiques et génétiques. On estime la consommation de chocolat en Chine à près de 2,5 kg par an et par habitant.

Si cette consommation est en constante en hausse, c’est surtout la taille du marché qui excite l’appétit des industriels du chocolat suisse.

Imaginez si les milliards d’habitants en Chine et en Inde consommaient tous ne serait-ce que 4kg de chocolat par année et par habitant…Les retombées économiques seraient gigantesques.

Gageons que le chocolat suisse a encore de belles années devant lui.

 

En savoir plus : le chocolat suisse sur wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *