Sélectionner une page

Comprendre la réforme professionnelle

Réforme de la formation professionnelle : les professionnels la craignent

2018 arrive et avec cette nouvelle année, une réforme risque de faire grande bruit. Il s’agit de la réforme de la formation professionnelle. Les salariés du secteur s’en inquiètent déjà et les grands syndicats menacent de défiler dans les rues si le contenu de la réforme ne correspond pas à leurs attentes. Mais en quoi consiste-t-elle et qu’en pensent les professionnels ?

La disparition du CIF ?

Pour le moment, la réforme n’en est qu’au stade des réflexions et des négociations, mais il ressort des premières discussions que le CIF (congé individuel de formation) serait supprimé. À la place, chaque salarié bénéficierait d’un compte personnel de formation assoupli qui serait possible d’utiliser sans l’accord de l’employeur.

Évidemment, le point clé n’est pas l’appellation du programme mis en place qui effraie les syndicats et les professionnels, mais l’aide financière liée. Pour le moment, le Fongécif aide les stagiaires lors de leurs CIF. Chacun bénéficie d’un salaire pendant la durée de la formation et voit le coût de la formation financé, cela après une validation de leur projet de reconversion professionnelle.

Mais qu’en sera-t-il après la réforme ? L’Etat veut augmenter le nombre de dossiers puisque pour le moment, seulement 50 000 CIF sont réalisés chaque année. Le budget de la formation pro prévoit une forte augmentation, mais si on multiplie le nombre de formés par 5, il sera tout de même difficile d’avoir le même niveau de financement…

Les professionnels de la formation et stagiaires s’expriment

Christine Velardo de Seref Consultants : « En tant que cabinet de recrutement, nous ne faisons pas de formations. Par contre, nous réalisons des bilans de compétences et recommandons souvent à nos assistantes le suivi d’une formation. Elles sont essentielles pour se mettre à jour avec les nouveaux besoins des employeurs. Tous les métiers évoluent rapidement du fait des nouvelles technologies, mais aussi des habitudes de travail. Par exemple, il y a quinze ans, une assistante travaillait depuis un bureau et rencontrait les collaborateurs. Aujourd’hui, elle peut être en télétravail, communiquer avec Skype et le téléphone, tout en utilisant à distance le CRM de la boîte.

Ces spécificités nécessitent des remises à niveau, mais aussi des efforts supplémentaires lors d’une reconversion professionnelle. On ne peut pas espérer devenir une assistante de direction compétente avec un stage de deux semaines suivi avec Pôle Emploi. Avec la disparition du CIF, je crains pourtant que l’on se dirige vers cela. »

Paul-Emmanuel Ribart, stagiaire ingénieur hydraulique : « J’ai travaillé pendant dix ans dans l’automobile. Malheureusement, ce secteur est devenu très compliqué en France. Il suffit de suivre l’actualité pour voir que les licenciements et les délocalisations sont monnaie courante. En étant père de famille, je ne voulais plus vivre avec cette épée de Damoclès au-dessus de ma tête, surtout que le travail devient compliqué avec des objectifs de résultats. J’ai donc entrepris une démarche de reconversion professionnelle grâce à un CIF.

Les salaires, moindres que ceux que je touchais avant, me permettent néanmoins de subvenir aux besoins de ma famille, tandis que la formation qui dure 6 mois est très complète. Le niveau requis au départ assure d’être opérationnel à l’issue de ce surplus de connaissances. Un stage est prévu en fin de session et il débouche bien souvent sur un contrat.

Quand je vois la réforme envisagée, je me demande s’il sera possible d’avoir un tel suivi et financement pour un effectif multiplié par trois ou quatre. Or, un métier ne s’apprend pas en un mois et rares sont les personnes qui peuvent se permettre de vivre sans salaire pendant près d’un an. Je comprends donc les inquiétudes et suis, égoïstement, très heureux d’avoir pris ma décision avant la fin du CIF. »

Article précédent

Article suivant

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This